Une idée, une minute : self-kavod, la base de la relation à l’autre par Myriam B.
Une idée, une minute

Une idée, une minute : self-kavod, la base de la relation à l’autre

C’est dans la paracha Kedochim qu’on évoque le fameux « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Si sa compréhension parait simple et enseigne le respect de l’autre, explorons sa contraposée.

Si je ne m’aime pas, comment puis-je aimer mon prochain ?


La notion de kavod est capitale ici. Sa guématria (valeur numérique) est 32, comme celle de yakhid (individu). Car le kavod commence avec le respect de soi-même, le self-kavod.


Ainsi, avoir conscience de sa valeur permet de comprendre la valeur des autres. Si les compliments et la reconnaissance sont le fuel dont chaque individu a besoin pour avancer, le self-kavod en est le premier niveau.


Si je me nourris d'assez de kavod, je peux aimer mon prochain. Sinon, je vais aller chercher cette reconnaissance à l’extérieur et ainsi donner du pouvoir à l’autre.

Comment trouver le bon dosage de kavod pour atteindre l’humilité véritable qui permet d’être fidèle à soi-même et de ne pas se laisser influencer?


La Torah nous répond simplement « en aimant son prochain comme soi-même », ainsi, on est toujours gagnant en donnant du kavod à l’autre car c’est le meilleur moyen de réintroduire du kavod dans sa vie, du self-kavod.


Vous avez aimé ? N'hésitez pas à partager !

0 Commentaire

    Aucun commentaire n'a encore été posté pour cet article.

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire, n'hésitez pas à télécharger l'application essentiELLE.

Retrouvez la biographie de Myriam B. sur essentiELLE
Myriam B.

Juste une élève assidue et inspirée par Mariacha...

Facebook essentiELLE
Rubriques
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement pour être tenus informés des nouveaux articles d'essentiELLE.